Archives de catĂ©gorie : COMMENT demander pour recevoir

En ce moment que manque-t-il ?

Avoir un but vous fait sortir de vous-mĂȘme et du moment prĂ©sent. Ecoutez, il ne s’agit pas « d’errer comme une Ăąme en peine » dans l’existence, il s’agit d’exister justement avec toute la complĂ©tude de soi-mĂȘme, Esprit, Âme et Corps. AlignĂ©, immobile, silencieux, c’est Ă  dire centrĂ© sur ce que le Christ appelait « le lieu secret ». Allez vous poser. Puis, comme il est Ă©crit, « fermez la porte et le PĂšre qui habite ce lieu secret est lĂ  avec vous. Il sait. Il vous voit ». N’est-ce pas incroyable ? Vous pensiez n’avoir aucune importance, que votre souffle mĂȘme ne valait pas grand-chose et voilĂ  que vous ĂȘtes vu. Vous ĂȘtes vu en tout temps, tous les jours et toujours. Mais ici dans cet endroit intĂ©rieur, quand vous fermez la porte aux agitations du monde, vous pouvez VOIR aussi. Et ENTENDRE. Et RESSENTIR l’Amour au coeur mĂȘme de votre respiration. Vous ĂȘtes puissant, le souffle que la Vie vous a donnĂ© est dans vos mains tout autant que dans votre cƓur.

Alors que devient le but ? Que deviennent l’intention, la rĂ©alisation, la possession et la valorisation, la passion, l’ambition ? Comment savoir oĂč aller si je ne choisis pas une possible destination ? Comment ĂȘtre sĂ»r que la Vie me veut vraiment du bien ? Comment me laisser porter par la confiance comme un bouchon sur son fleuve sans savoir oĂč va le fleuve ? Comment ne pas pagayer Ă  contre-courant au vu de l’obstacle qui s’annonce ? Comment se laisser possiblement chuter au prochain tournant, ballotĂ© par les eaux ? Comment savoir si ma destination est sĂ»re et mon rĂȘve possible ? Comment accepter de perdre en chemin la moitiĂ© des gens que j’aime ? Comment aller vers la Mort sans avoir vĂ©cu ? Comment rejoindre l’Amour en Ă©tant toujours si seul ? Comment accueillir la douleur dans ma poitrine sans entretenir la souffrance ? Comment ĂȘtre quittĂ© sans vouloir mourir ? Comment se sentir abandonnĂ© et laisser la Vie vous prendre dans ses bras quand vous voudriez la vomir ? Comment refaire confiance aprĂšs la colĂšre, la mĂ©chancetĂ© et la trahison ? Comment se sentir parfaitement aimĂ© aprĂšs le claquement de la porte ? Comment garder la foi quand tout devient poussiĂšre et s’envole Ă  jamais ? Comment prendre dans ses bras celui qui ne veut pas se laisser embrasser ? Comment faire face Ă  la colĂšre meurtriĂšre de celui qui vous adore autant qu’il vous hait ? Comment faire face au mensonge de celui qui s’ignore ? Comment ne pas m’oublier dans le bruyant vacarme de mes folles pensĂ©es ?

Comment poser sa besace, ses peines et ses hontes au milieu de la nuit ? Comment ma vie peut-elle avoir un sens quand aucun nom n’est Ă©crit sur la carte ?

La seule vĂ©ritable question Ă  vous poser est la suivante : que voulez-vous ? LĂ , maintenant, qu’est-ce que vous voulez ?

Faites-moi la grĂące de ne pas vous dĂ©fausser. Ne dites pas « la paix dans le monde », c’est une rĂ©ponse inutile qui ne va pas beaucoup nous intĂ©resser.

Que voulez-vous pour vous-mĂȘme ? Quelle est votre juste route vers la Joie ? Celle qui ne dĂ©pend ni des circonstances, ni des autres. Celle qui vous emmĂšne plus profond, Ă  l’intĂ©rieur de vous, dans le vĂ©ritable lieu secret.

LĂ , en moment, que manque-t-il ?

Comment changer l’eau en vin

Traverser. Aller de la transparence liquide, si proche de la couleur des larmes, vers le rouge de la Vie, de la vigne et du cƓur. Trouver le porteur du Message. Aimer le Messager. Aller. Descendre profondĂ©ment Ă  l’intĂ©rieur de soi, plus loin, c’est Ă  dire jusqu’à l’infini. Comprendre l’EternitĂ© comme une absence du temps. La Source n’est pas dans le temps. Elle est le temps. La Source n’est pas plus l’eau qu’elle n’est le vin. Elle est dans le Tout autant que dans le Rien. La Source est dans l’eau, Elle est dans le vin. Elle est dans l’avant, Elle dans l’aprĂšs. La Source est ici, qui creuse en toi un chemin de vie et remplit ta Joie d’une lumiĂšre Ă©tincelante et trĂšs douce.

Sans Elle il ne vous sera pas possible de changer votre petite eau en vin pourpre.

Qu’est-ce que votre vin sinon la concrĂ©tisation de vos dĂ©sirs, de vos plans et de vos rĂȘves. Toutes les choses que vous souhaitez accomplir, tout ce que vous souhaitez recevoir.

Qu’est-ce que l’eau si ce n’est votre Conscience, l’Esprit en votre centre. Et qui prend la forme du contenant dans laquelle vous la versez. N’oubliez pas. Aussi, ce que vous ressentez comme vrai, ce que vous recevez comme vrai, se manifeste toujours dans votre monde. Ce qui fait qu’en rĂ©alitĂ©, tous les jours et toujours, vous changez votre eau en vin.

Un principe cardinal est que vous façonnez votre propre destin par vos pensĂ©es, vos sentiments et vos croyances. Souvenez-vous que vous pouvez-vous nĂ©gocier avec n’importe quelle situation et que vous ĂȘtes nĂ©s pour triompher.

Comment pouvez-vous relever ce défi ?

« Comme je pense et je ressens, ainsi est le monde extĂ©rieur pour moi Â». Car un homme est ce qu’il pense dans son cƓur. C’est la subjectivitĂ© que vous projetez dans votre monde et qui se manifeste. Toute idĂ©e, tout dĂ©sir du mental ressenti comme « vrai Â» finit par se manifester, quel qu’il soit, agrĂ©able ou dĂ©sagrĂ©able, voulu ou non voulu.

Il vous faut apprendre Ă  discipliner votre mental, c’est-Ă -dire vos pensĂ©es. Lorsque la peur de ne plus avoir de vin vous vient Ă  l’esprit (idĂ©e du manque) il est nĂ©cessaire non pas de la rejeter – ce qui tendrait Ă  augmenter la rĂ©sistance et donc le problĂšme – mais Ă  porter votre attention sur un autre sujet plus lĂ©ger et qui parle aussi d’abondance. AprĂšs tout le soleil se lĂšve chaque jour et vous n’avez rien fait de particulier pour recevoir cette grĂące. Et je suis bien certaine que cette grĂące concerne bien d’autres domaines de votre vie. Faites simple. Changez de sujet et lĂąchez ce qui vous prĂ©occupe. C’est une erreur de croire que brasser un problĂšme permet de le rĂ©soudre. Brasser un problĂšme augmente le problĂšme. On appelle ça en faire une montagne.

En rĂ©sumĂ©, vous pouvez donc changer votre idĂ©e (votre eau) en vin (votre vƓu rĂ©alisĂ©). C’est la loi simple et universelle de l’Esprit. C’est-Ă -dire changer votre systĂšme intĂ©rieur de pensĂ©e en vous concentrant sur l’idĂ©e de ce que vous souhaitez vivre et avoir.

Il vous faudra donc occuper votre esprit mental avec les concepts et les idées qui graduellement formeront votre mentalité.

Comme toutes les graines produisent leur espĂšce, chaque graine de foi est toujours une pensĂ©e qui vous amĂšnera vers la prospĂ©ritĂ©, qu’elle qu’en soit la forme.

A noter que ce que vous devriez chercher par-dessus tout, c’est la Paix de l’esprit. Elle seule est la vraie richesse.

Avec la Paix, tout vous sera donné.

Fais de tes plus beaux souvenirs une puissante priĂšre

Prenez un souvenir prĂ©cieux avec un Être que vous aimez profondĂ©ment. Enfant, Parent, Ami ou Amant, c’est sans importance.

A cette image que vous voyez maintenant trĂšs clairement, ajoutez-y la joie, le rire, la tendresse ou la passion que vous Ă©prouvez pour cet Être. Posez sur votre souvenir la puissance de l’attention vers sa beautĂ©. Oubliez les conflits, les paroles dĂ©lĂ©tĂšres, les gestes abrupts et voyez en eux le meilleur. Voir le meilleur en eux vous indique le meilleur en vous, et rĂ©ciproquement. Toujours.

Retrouvez les Ă©motions magnifiques, ce qui en vous est du vivant plus que de l’éteint. Prenez cet Être dans vos bras. Il peut ĂȘtre encore marchant sur la planĂšte comme ailleurs oĂč le monde a changĂ© de forme, c’est sans importance. Il vit avec vous, toujours. Nos amours semblent disparaĂźtre dans le monde de la forme qui est l’énergie de la terre. Mais vu du ciel rien ne meurt jamais. Nourrissez-vous de ce qui est Ă©ternel plutĂŽt qu’impermanent. C’est la seule semence susceptible de vous faire naĂźtre de nouveau.

Peut-ĂȘtre cet Être est-il sorti de votre vie quotidienne il y a des Ă©ons de cela. En apparence du moins puisque le temps n’existe que dans l’espace que vous lui donnez. Cet Être est Toujours prĂ©sent Ă  l’intĂ©rieur de vous en rĂ©alitĂ© puisque vous ĂȘtes Ă  l’instant mĂȘme en train d’y penser.

Laissez-vous pousser des ailes et avec ces ailes toutes neuves Ă  peine dĂ©ployĂ©es, entourez-le de bienveillance, de lĂ©gĂšretĂ© et de bontĂ©. Pardonnez-vous, du Coeur de vous-mĂȘme, votre aveuglement Ă  cette VĂ©ritĂ© qu’est l’Amour en vous.

Parlez-lui. Laissez vos petites histoires mentales de cĂŽtĂ© et concentrez-vous sur le prĂ©cieux en lui. Voyez son Intelligence, sa VĂ©ritĂ© dans l’amour qu’il vous porte Ă  jamais. Pardonnez lui d’avoir pris sa vie et la vĂŽtre au filet du mensonge, des peurs et des colĂšres. Voyez en lui l’Enfant parfait qui est de toute Ă©ternitĂ© et retrouvez ce cƓur innocent que vous croyiez avoir perdu Ă  jamais. Sentez la fraĂźcheur de ce moment tout neuf et gravez le sur la paume de vos mains comme la Source elle-mĂȘme vous a gravĂ© quand elle vous a façonnĂ©. Posez vos mains sur les souffrances liĂ©es Ă  cet Être et acceptez de les dissoudre une bonne fois pour toutes. Rappelez-vous, vous n’étiez pas vraiment vous-mĂȘme. N’y revenez pas. Y revenir c’est dĂ©truire la priĂšre, effacer le miracle. De son inconscience Ă  votre inconscience, laissez tomber vos petites histoires personnelles. LĂąchez vos sacs, vos bagages et vos petites justifications.

Respirez. Respirer avec lui à partir de la vérité de ce lien éternel et gracieux, souple et libérateur.

Puis, Ă©coutez son rire laisser en vous l’exaucement de votre priĂšre.