Toutes ces lumières dans nos rues, ces fascinants lampions et petites boules magiques. Tous ces moments pavés d’or. Qu’en restera-t-il quand viendra la tristesse de laisser partir ce qui te pèse et t’entrave ? Toutes ces larmes intérieures pour un adieu… Toutes ces portes à refermer avant que l’aurore n’arrive. La Vie te propose une attente pleine de grâce et de félicité. Une pause aussi douce qu’un grain de blé, aussi légère qu’une goutte de pluie. Écoute écoute écoute. Ne te laisse pas faire, ne te laisse pas embarquer dans la frénésie d’un monde qui ne se connait plus. Ne te laisse pas faire, ne te laisse pas couler vers la petite mort des apparences. Écoute écoute écoute. Il existe un lieu intérieur qui ressemble à ce que tu cherches depuis toujours. Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau. Il donne toujours son fruit en sa saison et son feuillage jamais ne s’abîme ni ne meurt. Il est la Lumière sur ton sentier, l’Immobile et le Souple, le Tendre et le Puissant. Il est le Nouveau autant que le toujours Su. Il est l’Éternel Printemps autant que le tendre Hiver. Il est la Présence : Là est la Vie, Puissance et Grâce, Espérance et Joie. Rien qui ne s’accroche aux branches et qui se range. Rien qui ne se fane ou se perd. Assieds toi que je te parle. Écoute écoute écoute. Une Vie nouvelle se murmure à ta tendre oreille. Un soleil bleu se déploie dans ton Coeur. Il y dépose des plumes et des paillettes, de l’Amour comme le rire d’un petit enfant. Il y joue la musique du Ciel et de la Terre. Toutes les planètes s’y amusent et les anges aiment à s’y reposer. Il est la Gloire, le Caché. Là, les étoiles y filent une Paix tranquille et très profonde. Il est en toi et tout autour de toi. Il est ta raison d’Être, le Commencement et la Fin. Il est le Royaume intérieur qui s’amuse à se raconter une histoire. Et cette histoire, étrangement, ressemble à la tienne, à la mienne aussi. Mais il ne faut pas croire tout ce qu’on raconte, surtout quand cette histoire a l’air triste comme une année qui meurt sans se retourner et ne reviendra jamais. Salue-la avec tendresse et laisse-la s’en aller avec reconnaissance. Ne te retourne pas en-dehors de ce que tu as à en apprendre. Et même ce que tu en apprends, tu le laisseras s’en aller car rien ne se perds, jamais. Là est ta perle précieuse, ton éternel Trésor. Dans la tristesse qui peut être la tienne et que tu ne laisses pas passer, tout au fond de la boîte, derrière les petits papiers, les images et tout le verre brisé, regarde, regarde bien. Derrière les regrets et tout ce qui te consume parce que tu ne veux pas le laisser partir, derrière la tristesse qui te pèse et t’alourdit, regarde, regarde bien, il y a la Joie d’Etre.

PARTAGEZ CE QUE VOUS AIMEZ
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •