Il existe des principes de base pour une vie fructueuse. Votre vie sera plus belle si vous savez les intégrer à votre quotidien et, surtout, à votre caractère.

Peu après la seconde guerre mondiale, le critère des fondements de la réussite basculèrent de l’Ethique de caractère à ce que nous appellerons l’Ethique de la personnalité. Comme son nom l’indique, l’Ethique de la personnalité met l’accent sur la « personne » en tant que représentation plutôt que sur l’essentiel de ses valeurs. Le mot « personne » vient en effet du latin « persona », le masque. Il suggère l’idée d’interactions éventuellement manipulatrices puisqu’il s’agit d’arriver à vos fins. Tactiques de communication et attitudes positives aux motifs plus ou moins dissimulés.

Le danger de cette Ethique est qu’elle peut créer en vous une « image formidable » de ce que vous souhaitez devenir, image que vous tenterez éventuellement d’imposer aux autres. Les comparaisons sociales mènent à un amour « sous conditions » qui peut inciter votre entourage à sous-estimer sa propre valeur. Et quand je parle d’entourage, je parle de votre partenaire, de vos ami(e)s, et même de vos enfants. Vous savez tout au fond de vous que ces « valeurs sociales » donnent lieu à d’inutiles comparaisons. Mais, plus gravement, elles induisent chez l’autre un manque d’estime.
Le plus intéressant est, en réalité, de concentrer vos efforts sur vous-même – non pas sur de pseudo techniques de mise en valeur – ainsi que sur vos intentions profondes et vos perceptions.
Ce qui vous amènera – double bénéfice – à cesser de vouloir changer l’autre et à prendre la distance nécessaire vous permettant de saisir son identité, son individualité et sa richesse.
Vous pourrez enfin voir ce qu’il a d’unique, observer son potentiel et le laisser suivre son propre rythme de croissance.
Prenez les choses avec sérénité.
Soutenez-le.
Laissez-le s’épanouir.
Surtout, travaillez sur vos motivations, cultivez vos propres ressources, trouvez la stabilité nécessaire. Le sentiment de votre valeur personnelle ne dépendra plus des autres. Leur comportement – celui de vos enfants notamment – ne vous définiront plus.
Viendra le temps de l’appréciation qui mettra fin à la comparaison et aux jugements. Vous ne tenterez plus d’entrer dans un « moule social » et laisserez les autres tranquilles. Ne les protégez pas non plus : apprenez-leur plutôt à ne plus avoir besoin de vous pour trouver leur identité et leur place. Vous aurez alors l’occasion de constater qu’en même temps que vous savez qui vous êtes, vous trouvez votre propre espace et l’autre la sienne. Votre famille, vos ami(e)s, vous en remercierons. Vos salariés aussi si vous êtes Chef d’Entreprise.
Car c’est bien là que se joue toute la différence entre l’Ethique de personnalité et l’Ethique de caractère pour la réussite et le bien-être : vous devrez sonder votre cœur en profondeur afin d’y (re)trouver ce qui est juste.
Et vous saurez comment faire.

 


PARTAGEZ CE QUE VOUS AIMEZ
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •