Prenez un souvenir précieux avec un Être que vous aimez profondément. Enfant, Parent, Ami ou Amant, c’est sans importance.

A cette image que vous voyez maintenant très clairement, ajoutez-y la joie, le rire, la tendresse ou la passion que vous éprouvez pour cet Être. Posez sur votre souvenir la puissance de l’attention vers sa beauté. Oubliez les conflits, les paroles délétères, les gestes abrupts et voyez en eux le meilleur. Voir le meilleur en eux vous indique le meilleur en vous, et réciproquement. Toujours.

Retrouvez les émotions magnifiques, ce qui en vous est du vivant plus que de l’éteint. Prenez cet Être dans vos bras. Il peut être encore marchant sur la planète comme ailleurs où le monde a changé de forme, c’est sans importance. Il vit avec vous, toujours. Nos amours semblent disparaître dans le monde de la forme qui est l’énergie de la terre. Mais vu du ciel rien ne meurt jamais. Nourrissez-vous de ce qui est éternel plutôt qu’impermanent. C’est la seule semence susceptible de vous faire naître de nouveau.

Peut-être cet Être est-il sorti de votre vie quotidienne il y a des éons de cela. En apparence du moins puisque le temps n’existe que dans l’espace que vous lui donnez. Cet Être est Toujours présent à l’intérieur de vous en réalité puisque vous êtes à l’instant même en train d’y penser.

Laissez-vous pousser des ailes et avec ces ailes toutes neuves à peine déployées, entourez-le de bienveillance, de légèreté et de bonté. Pardonnez-vous, du Coeur de vous-même, votre aveuglement à cette Vérité qu’est l’Amour en vous.

Parlez-lui. Laissez vos petites histoires mentales de côté et concentrez-vous sur le précieux en lui. Voyez son Intelligence, sa Vérité dans l’amour qu’il vous porte à jamais. Pardonnez lui d’avoir pris sa vie et la vôtre au filet du mensonge, des peurs et des colères. Voyez en lui l’Enfant parfait qui est de toute éternité et retrouvez ce cœur innocent que vous croyiez avoir perdu à jamais. Sentez la fraîcheur de ce moment tout neuf et gravez le sur la paume de vos mains comme la Source elle-même vous a gravé quand elle vous a façonné. Posez vos mains sur les souffrances liées à cet Être et acceptez de les dissoudre une bonne fois pour toutes. Rappelez-vous, vous n’étiez pas vraiment vous-même. N’y revenez pas. Y revenir c’est détruire la prière, effacer le miracle. De son inconscience à votre inconscience, laissez tomber vos petites histoires personnelles. Lâchez vos sacs, vos bagages et vos petites justifications.

Respirez. Respirer avec lui à partir de la vérité de ce lien éternel et gracieux, souple et libérateur.

Puis, écoutez son rire laisser en vous l’exaucement de votre prière.

 

 

PARTAGEZ CE QUE VOUS AIMEZ
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •