Ai en ce jour des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, enfin. Ouvre tes yeux avec douceur, mais ouvre-les grands, afin de voir où tu marches et ne pas tomber. Si tu tombes, tu te relèveras, car celui qui reste au sol ressemble à celui qui est déjà mort. Ouvre tes oreilles avec joie et tend vers ton Etoile. Et ta véritable Etoile n’est pas tout là-haut dans le ciel, aussi haute que la terre serait basse et tremblante sous tes pieds en ce jour de terreur. Ton Étoile véritable vit dans la hauteur, la largeur, la longueur et la profondeur de ton Coeur. Elle est ton Essence, ton Être, ta vivante perfection.

Aujourd’hui, c’est un jour important. Car c’est le jour où tu peux choisir entre la Vie et la Mort. C’est le grand jour, fort, puissant, pour le recommencement, le pardon à toi même et la fin de tes violences intérieures. C’est le jour, et c’est aussi la nuit, car l’un ne va pas sans l’autre et chacun tient la main de l’autre dans la sienne. Ils vont toujours pas deux, comme la Vie se défait dans la Mort qui donne aussi la Vie. C’est ta Vie et pour l’instant, en tout cas, tu n’en as qu’une. « Ici » et « maintenant » c’est comme « partout » et « toujours ». Ta vie est, somme toute, très subjective, et dépend du la direction que tu lui donnes. Certains parlent du «sens » , alors réfléchis. Mais ne « réfléchit » pas n’importe quoi…

Vers le Haut ou vers le Bas, tu choisis ta sortie.

Je dis : va vers le Haut, le meilleur de toi-même qui est aussi le Centre. Ne te trompes pas de route. Ne cherche pas tant ton développement que ta réalisation personnelle. Le « développement personnel » pourrait être léger comme une petite plume d’oiseau. Tu croiras t’envoler, mais ta faiblesse te poursuivra. Ta « réalisation personnelle », c’est la racine de l’arbre avant l’éclosion de la feuille. Après la feuille, viendra le fruit, si tout va bien. Et quand je dis « si tout va bien » , je n’évoque aucune fatalité. Je pourrais dire : « si tu vas vers le Bien ». Le bien pour ton corps, pour ton mental et pour ton Esprit. Le Bien, c’est une lumière intérieure qui te guide et que tu sais reconnaître. Et voilà que tu as besoin de tes yeux pour apercevoir et suivre ce Maitre intérieur que tu fuis, possiblement, depuis la nuit des temps. Que vienne cette nuit, enfin, que tu puisses y tomber comme Alice au fond du terrier. Alors, je te souhaiterai d’y trouver la friandise nécessaire à te tendre vers le haut, le meilleur, ce qui en toi accepte de grandir, le ciel si tu veux. Et tu n’oublieras pas non plus d’avoir l’humilité de reconnaître que tu as besoin d’aide car, sans le Ciel, la Terre ne peut rien. Elle ne peut même pas être fécondée. Que viennent la pluie, le vent et les orages. Que chauffent le soleil, le métal, le grain de sable dans ta brûlure.

Quand je parle d’aide, je ne parle pas de celui qui t’accompagne à te prendre en pitié. Vois : en même temps qu’il appuie sur ta plaie, il entretient la sienne. Et s’il y a un temps pour faire crever cette blessure qui t’immobilise, il y a un temps pour cicatriser et se mettre debout. Et toi, tu veux juste dormir encore un peu, attendre que « ça » passe, quand c’est toute ta vie qui passe pour ne plus revenir. Et tu te plains, et la lumière te quitte à chaque mot que tu prononces. Tu ne vois pas que l’obscurité, c’est toi qui la pousse. Le fruit est amer et tes larmes aussi. Tout le sel est dans les larmes et pourrait te donner la vie si seulement tu voulais bien grandir. Tu pourrais être « le sel de la terre et la lumière du monde », à condition de te connaître. En vérité, tu en connais tellement sur toi-même, et si peu de toi-même. Ton jugement t’aveugle, car tu ne l’as pas trempé dans l’Amour. Observe et comprend. Sois intelligent, adaptable plus qu’adapté.

Fortifie-toi, prends courage, reconnais le Bon en l’autre, le Bon en toi qui donne la main au Mal que tu rejettes. Mais le Mal n’est que l’absence du Bien, tout comme l’Obscurité est l’absence de la Lumière. Ils n’iront jamais l’un sans l’autre et sont à jamais jumeaux sur la terre.

La Lumière éclaire le Bon, le bon de ce Souffle qui t’anime et te prête Vie. Car ta vie est prêtée et tu cours toujours vers je ne sais quelle destination propice à ton effondrement. Cet effondrement deviendra salutaire à tout changement. Celui qui en a assez de souffrir ira vers la volonté d’une transformation intérieure véritable. Et dans « volonté » il y a « vouloir ». Celui qui refuse de traverser son propre désert ne peut compter sur la manne offerte à celui qui choisit d’aller vers l’essentiel, autrement dit l’Infini.

Car, qu’est-ce que l’infini, si ce n’est la capacité de porter un regard entier sur toute chose, toute situation, toute personne ? Car qu’est-ce qu’Etre entier, si ce n’est la possibilité de voir le Bien dans le Mal ? Comprends que dans ce que tu qualifies de mauvais et d’obscur, il y a le terreau nécessaire à la clarté, la reconnaissance et la bonté. C’est ce qu’on appelle la clairvoyance : le discernement, pas la divination.

Là où tu as blessé tes mains, tu as vaincu la montagne. Avec ces mains abîmées, ces os brisés et les lambeaux de ta vie, tu dois voir que tu es bien plus que la petite représentation personnelle construite par ton mental et que tu paies à vouloir développer. Tu es ce que tu choisis d’Etre. Et « s’il faut de tout pour faire un monde », saches que tu choisis seul le chemin de ta réalisation.

Aussi, va vers la Vie.

Va vers toi.

Descend vers ta Source.

Et grandit.

PARTAGEZ CE QUE VOUS AIMEZ
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •