La vraie liberté reste à voir. Ne pas se fier aux apparences reste un Don du Discernement. Bien sûr, les maladies et quelques autres contagions. Cependant, à défaut d’écouter le pire et de creuser vos plaies, vous passerez à côté de l’Essentiel. Bien sûr, ceux qui quittent et ceux qui restent : rien ne vous appartient, rien n’est à vous.

Il faudra bien partir de quelque chose, quelle qu’elle soit. Pour vous aussi, il y aura une porte, un départ, une fin annoncée. Ou très silencieuse. .

Aujourd’hui la Peur, l’Angoisse, frappent à la porte de vos Vies et ni vous, ni moi, ne pouvons rien à ce qui se promène. Peut-être. Cependant il vous reste le plus puissant : le choix que vous allez faire. Votre réponse est bien plus importante que l’événement. Parce qu’une chose est sûre, le printemps se fiche bien de la maladie, et même de la Mort. Le Printemps sait que la Mort n’existe pas, il est bien placé pour ça. Je peux même dire qu’il en a fait une spécialité. Ce matin tout nous revient du Jaune et du Violet. Le Mauve est à nos portes et les cerisiers sont blancs. Toute la Vie vous fait face. La vraie, profonde et joyeuse. Imputrescible.

Enfin, le Monde entier est logé au même endroit : sur la Terre. Ce Monde, tout entier, bat finalement à l’unisson. Du noir au blanc, du chinois à l’Afghan, du Bouddhiste au Musulman, tous égaux, tous unis sous la contrainte. Voilà qu’un hôte indésirable, invisible à l’œil nu, a fait plier la Terre entière. Dieu a de drôles de manière. Ou peut-être le Diable : vous choisirez votre camp.

Et puis ce Silence, ce merveilleux, cet incroyable Silence de la ville qui enveloppe la Fleur et l’Humain. Tout ce à quoi vous allez devoir faire face, de vous-même et de l’autre. Ah ! Quelle histoire ! Aucune fuite ne peut plus vous tordre et vous balader. Les binômes devront se parler et les familles se supporter. Quelle épreuve, quelle jolie farce du Vivant ! Les solitaires devront aller sur des chemins que, très souvent, ils choisissent d’ignorer : leur propre enfer personnel. Avec tout ça, la messe n’est plus possible et la kundalini attendra. Quelle merveille ! Même Netflix ne pourra vous sauver de cette incroyable contagion de la Vie qui vous pousse. Terriblement. Puissamment.

Tous vos Printemps sont à vos portes. Laissez fleurir.

Quand je pense à toutes ces prières, ces sadhanas, ces méditations. Toutes ces incantations, toutes ces danses, toutes ces larmes. Tous ces Evangiles, Coran et Bhagavad-Gita. Et voilà que, pour la première fois depuis que le Monde est Monde, nous sommes exaucés : enfin, nous ne faisons plus qu’Un. Prenez de la hauteur : un Ciel se déploie qui nous prend par surprise. Quand l’enfer est sur terre, c’est que le Paradis y est aussi : ils vont, inséparables, comme l’obscurité l’est de la Lumière, le chaud du froid, le blanc du noir. Personne, ici, n’a la main sur le sombre et la désolation soufflés par les vents contraires. Porter dans vos Cœurs tous ceux qui, en ce moment même, luttent et combattent, sous quelque forme que ce soit, ne doit pas se faire à la légère. Oui, ne soyez pas trouvés légers. La superficialité ne devrait rien avoir à faire dans vos vies : elle vous aveugle, et vous vous racontez des histoires inutiles,difficiles , qui ne sont que de la Mémoire entretenue, de la souffrance émotionnelle, sans doute le virus le plus addictif au monde. Et vous voilà malades de vous-mêmes. En réalité, confinés depuis bien longtemps dans votre histoire. Ah ! Voilà bien le moyen, enfin, d’en sortir et de crever l’abcès. Vous n’avez rien d’autre à faire dans les jours à venir. A part, peut-être, prendre soin de vous, et donc de l’Autre aussi. Prenez votre Etre à bras le Corps et faites-Lui confiance : il vous sortira de votre misère et de votre impuissance apprise, tous ces conditionnements avec lesquels vous vous détruisez.

Tous vos Printemps sont à vos portes. Laissez fleurir.

PARTAGEZ CE QUE VOUS AIMEZ
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •